Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

Pierre POLARD


Je m’appelle Pierre Polard, j’ai 36 ans. Originaire de Franche-Comté, je vis à Capestang, avec ma compagne et notre fille de 3 ans.Ingénieur des Mines de Paris, j’ai débuté ma carrière comme contrôleur de gestion au sein des Laboratoires Pierre Fabre à Castres. Depuis 2000, je suis consultant indépendant en gestion. J’interviens auprès de PME pour les accompagner en matière de gestion (mise en place de tableaux de bord, calcul de coûts de revient…) et d’analyse financière. Je donne également des cours de gestion à l’Ecole de Gestion et de Commerce de Rodez. Enfin, j’écris des ouvrages traitant du logiciel Excel ©.

 

Animé de valeurs de gauche, je suis passionné par la politique et l’économie. Lors de la campagne des municipales, j’ai franchi le pas séparant la réflexion de l’action en rejoignant une liste. Depuis, j’ai décidé de rejoindre la section de Capestang du Parti Socialiste.

 

Ce blog traite de politique, de finance et d’économie…sujets souvent intimement mêlés.

J’essaie d’alterner les réactions à des thèmes d’actualité (crise financière, mesures gouvernementales…) et des notes plus documentées sur des sujets de fonds (l’évolution du capitalisme, les inégalités, le rôle de l’Etat…).

A l'origine de ce blog, il y a la volonté d’apporter ma modeste contribution à la remise en cause des fausses évidences libérales telle que « l’Etat est la cause de tous les maux », « si l’économie française va mal, c’est la faute aux 35 heures », « les marchés financiers sont efficaces », « la mondialisation est une fatalité à laquelle il faut s’adapter»… Je pense que l’on peut remettre en cause la forme actuelle du capitalisme sans forcément s’inspirer de…la Corée du Nord.

Avec les développements de la crise financière, on s’aperçoit que laisser libre cours à la myopie et à la rapacité des investisseurs institutionnels n’est finalement pas idéal pour l’économie mondiale.

Si mon blog s’intitule « Convictions politiques », c’est parce qu’il est aussi le reflet des mes convictions. Je pense que la libéralisation (dérégulations, privatisations…) organisée depuis les années 1980 a largement contribué à l’affaiblissement du pouvoir politique, ainsi qu’à la monté des inégalités qui minent les sociétés occidentales.

J’espère voir un jour un leader politique formuler un projet de société qui remette l’économie au service de l’homme et qui fasse de la lutte contre les inégalités une vraie priorité.