Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30 septembre 2008

Michel Rocard et la droite intelligente

Michel Rocard a dénoncé lundi « l'immoralité globale de la profession bancaire », responsable selon lui de la crise économique et financière.
« On n'est pas du tout dans une crise systémique, cyclique, correspondant à un dysfonctionnement du système. On a une crise purement provoquée par l'immoralité globale de la profession bancaire d'abord américaine et mondiale », a déclaré M. Rocard sur France Inter en dénonçant des comportements qui relèvent de « l'escroquerie ».

Michel Rocard parle d’immoralité. Selon moi la morale n’a rien à voir avec l’économie. En effet, faire reposer le bon fonctionnement d’un système sur la morale de ses acteurs, c’est laisser la porte ouverte à tous les excès. D’autant plus que ces mêmes acteurs sont incités (via notamment les mécanismes de rémunération) à prendre des risques inconsidérés pour maximiser le profit à court-terme.

Contrairement à Michel Rocard, je pense qu’il s’agit bien d’une crise systémique issue du processus de libéralisation outrancier de la sphère financière. Depuis les années 80, tous les mécanismes de régulation (contrôle des mouvements de capitaux,…) ont été un à un démantelé, pointés du doigt comme des archaïsmes. La grande tendance était alors à « l’autorégulation » des acteurs financiers dont l’Etat ne devait pas brider la créativité. Les codes de bonne conduite, la transparence devaient suffire à assurer le bon fonctionnement de l’ensemble…

Décidément très en verve, Michel Rocard, a déclaré dans Aujourd’hui en France (26/09/2008) que Nicolas Sarkozy était un « homme de droite ouvert » et que pour trouver des solutions à la crise financière, « il peut y avoir une grande convergence entre une droite réformatrice et intelligente – ce qui est le cas de Nicolas Sarkozy- et une gauche non révolutionnaire. »

Une droite intelligente ? Laquelle ? Celle qui a imaginé le bouclier fiscal ? Celle qui allonge la durée de cotisation retraite ? Celle qui supprime les 35 heures ? Celle qui supprime 30000 postes de fonctionnaires ? Celle qui a instauré les franchises médicales ?

Un grand merci à Michel Rocard (qui s'était déjà illustré en prônant l'alliance avec le MoDem pendant les présidentielles) pour avoir contribué de si belle manière à troubler encore un peu plus l'image du Parti Socialiste !

PP

13:05 Publié dans Actualités, Economie, Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : Finance, Crise, Libéralisation, Sarkozy | | |  Facebook | | |

Commentaires

Je suis bien d'accord avec vous.La crise est en profondeur. Où sont les coupables? Il n'y a pas de coupable, il n'y a qu'un système pervers mis en place ou permis par des politiques nationales ou internationales.

Écrit par : Charly | 30 septembre 2008

Rocard a raison "on ne peut pas soulager toute la misére du monde". On devrait limiter nos dépenses et penser à nos citoyens afin d'éviter les difficultés de demain. Avec le blog : http://lescontribuablesdesommiers.midiblogs.com nous espérons attirer l'attention des contribuables sur l'évolution d'un excés de dépenses.
Arriverons-nous à le faire?

Écrit par : moulin | 04 octobre 2008

Les commentaires sont fermés.