Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

20 octobre 2008

4%...non garantis

Au début de la crise financière (il y a un an déjà), des économistes distingués nous expliquaient que les économies émergentes et notamment la Chine pourrait prendre le relai de la croissance mondiale. Selon eux, ces économies disposaient d’un « momentum », c’est-à-dire d’un élan, d’une inertie suffisante pour contrebalancer le trou d’air (à l’époque, ce n’était pas encore la récession !) des économies développées et notamment de la principale d’entre elles : les Etats-Unis.

Moi qui ne suis pas économiste et pas très distingué, ça me paraissait bizarre.
En effet, les exportations représentent environ 40% du PIB chinois. Donc si les clients de la Chine éprouvent des difficultés, ils achèteront moins. Il faudra donc que la Chine se tourne vers sa demande intérieure. Or celle-ci représente à peine 3% du total mondial contre …33% pour les Etats-Unis.

Je me demandais donc comment ce fameux « momentum » pouvait exister.
J’ai trouvé des éléments de réponse dans une dépêche AFP :
« Les preuves d'un ralentissement de la croissance sont visibles partout », constate John Kilduff (de MF Global, société de courtage), y compris dans les économies émergentes comme la Chine « dont la croissance annuelle devrait être inférieure à 10%, avec des estimations aussi faibles que 3 ou 4% », selon l'analyste.

En fait ce momentum n’existe pas et les pays émergents connaîtront eux-aussi la crise !
Avec quelles conséquences sociales ?


PP

08:31 Publié dans Actualités, Economie, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : finance, crise, libéralisation | | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.