Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24 novembre 2008

Pour l'amour de l'eau

La semaine dernière, Arte a diffusé un documentaire intitulé « Pour l'amour de l'eau ».

Il rappelle que l’eau sera un enjeu vital (au sens propre !) pour les années à venir.

Partout, la raréfaction de l'"or bleu" aiguise les appétits des multinationales (dont les sociétés Vivendi et Suez) pour s'emparer de l'eau au mépris de l'intérêt collectif. Un constat implacable, fruit d'une enquête planétaire de trois ans.
Qu'en est-il de la préservation, des réserves naturelles et de la distribution de l'eau dans les années à venir ? Durant trois ans, des États-Unis à l'Afrique du Sud en passant par le Rajasthan et la Bolivie, Irena Salina a interrogé scientifiques, militants écologistes, porte-parole d'entreprises ou simples citoyens pour dresser un constat alarmant. L'eau représente désormais la troisième industrie mondiale après le pétrole et l'électricité, mais son caractère vital et sa raréfaction accélérée vont en faire, à court terme, la première ressource potentielle de profits à la surface du globe.

Partout, y compris aux États-Unis, l'accès à l'eau potable est devenu problématique, et trente mille personnes meurent par jour dans le monde faute d'en bénéficier. Dans les bidonvilles des pays pauvres, la privatisation des réseaux, encouragée par la Banque mondiale - au profit notamment de deux multinationales françaises, Vivendi et Suez, et d'une britannique, Thames Water, les trois plus offensives en la matière - exclut un nombre croissant d'habitants, incapables de payer des factures qui ont augmenté brutalement. Et alors que l'"or bleu" excite de plus en plus ouvertement les convoitises, on découvre que le Conseil mondial de l'eau, créé officiellement pour arbitrer entre les intérêts contradictoires des États, des entreprises et des citoyens, est dirigé ouvertement par les représentants de Vivendi, Suez ou Veolia. Aux États-Unis, autre exemple, l'administration républicaine a refusé d'interdire le composant chimique nocif désormais proscrit en Europe, l'atrazine, que l'on retrouve, entre autres, dans l'eau du robinet. Quant à Nestlé et autres vendeurs d'eau en bouteille, ils se livrent à une compétition effrénée pour capter ce marché de plus en plus lucratif, quitte à saccager sources et rivières.

Plus de renseignements sur le site dédié à ce documentaire :

Quelques données sur l’eau
* 1,1 milliards d’êtres humains (sur un total de 6 milliards) n’ont pas accès à une eau potable.
* Un américain moyen utilise 570 litres d’eau par jour, alors qu’un habitant d’un pays en développement peut à peine en trouver 20.
* Les maladies liées à l’eau non potable tuent pus que les guerres.
* Une étude aux Etats-Unis à montré que sur 1000 bouteilles de 103 marques différentes, un tiers contenaient des produits chimiques synthétiques, des bactéries et de…l’arsenic.
* L’eau est une industrie qui pèse 400 milliards de dollars, la troisième derrière l’électricité et le pétrole.
* Les réserves d’eau en Californie sont estimées à ..20 ans.
* En Bolivie, un enfant sur 10 mourra avant l’âge de 5 ans, la plupart à cause d’un manque d’eau potable.
* Cela couterait 2 dollars par an et par personne pour fournir à chacun 10 litres d’eau potable par jour.

PP

08:11 Publié dans Actualités, Economie, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | | |  Facebook | | |

Commentaires

Merci pour vos commentaires, depuis plusieurs années nous essayons à notre niveau d'agir pour qu'on respecte l'eau ici en France. Ne convient-il pas de l'économiser, de ne pas la polluer dans chacun de nos foyers ? Chaque goutte préservée n'est-elle pas une goutte pour tout l'ensemble ? Les mentalités doivent évoluer en ce domaine merci beaucoup d'y participer. www.genio.fr

Écrit par : Michel | 24 novembre 2008

Les commentaires sont fermés.