Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

03 décembre 2008

Dimanche, Etats généraux, plan puissant..

Patrick Devedjian, secrétaire général de l’UMP a déclaré : « Si l'on prend le problème sur le plan religieux, les chrétiens ne travaillent pas le dimanche, les juifs ne travaillent pas le samedi et les musulmans ne travaillent pas le vendredi. Pourvu que les bouddhistes ne s'en mêlent pas.»
Décidément, avec lui, pas de problème de dimanche ou de semaine, il est au top sept jours sur sept, 24 heures sur 24 ! Par ces propos, il entend décrédibiliser ceux qui s’opposent à la proposition de loi Mallié sur le travail dominical en les faisant passer pour d’affreux archaïques, arc-boutés sur de vieilles traditions. Pourtant l’argument religieux dans ce dossier n’a été que très marginalement utilisé. Mais tous les moyens sont bons.
Il faut rappeler à Mr Devedjian que le repos dominical tel que nous le connaissons a été instauré par la loi du 13 juillet 1906, c’est-à-dire après la séparation de l’Eglise et de l’Etat (1905). La loi qui l’instaure a été votée par une Assemblée très majoritairement composée de radicaux, très anticléricaux ! Le repos dominical n’est donc pas issu de l’influence de l’église catholique, il s’agit d’un acquis social, obtenu grâce aux luttes des salariés et des syndicats, dont notamment la CGT (que l’on peut difficilement taxer de copinage avec le clergé).
Est-ce vraiment un progrès pour la société que de pouvoir faire ses courses le dimanche ? N’est-il pas souhaitable d’avoir un jour de repos obligatoire pour tous les salariés, que ce soit d’un point de vue physiologique (repos), social (prendre du temps en famille) ou même philosophique (sortir de la logique purement marchande) ?
L’éveillé Luc Châtel, secrétaire d’Etat à la Consommation, veut nous faire croire que cela va faire progresser la consommation de 2 à 3%. Son collègue Xavier Bertrand renchérit en précisant que ce sera « bon pour la croissance »… Par quel miracle ? A pouvoir d’achat constant, ce que l’on a acheté le dimanche, on ne l’achètera pas les autres jours.
Les seules études sur le sujet concluent que les créations d’emplois seront inexistantes, car les emplois éventuellement créés dans la grande distribution le seront au détriment de ceux des petits commerces.
Certains salariés, favorables au travail le dimanche, expliquent que c’est pour eux le seul moyen de gagner plus. Peut-être, mais ne se trompent-ils pas de combat ? En effet, ce faisant, ne légitiment-ils pas les choix des plus rapaces des patrons ? Demain, quelle sera l’étape suivante : la remise en cause des congés ? Ne faut-il pas plutôt lutter pour l’amélioration générale des conditions de travail et de rémunération ?
Pour ce qui est de gagner plus, selon la proposition de loi l'accord collectif prévoyant le travail du dimanche doit prévoir un doublement du salaire, …sauf en cas d'accord collectif contraire.
Quant au « libre choix du salarié », ce n’est même pas la peine d’en parler.

Un autre ténor de l’UMP, Jean-François Coppé, phosphore à plein régime. Jamais à court de termes ronflants, il propose des « Etats généraux de la dépense publique » (France Inter le 30/11/08). Après le « Grenelle de l’environnement », le « plan Marshall pour les banlieues », la « Revue générale des politiques publiques (RGPP)»…voici donc un nouveau « machin ».
Son objectif est de « rationaliser » la dépense publique. Rappelons que la dernière démarche de ce type (RGPP) s’est soldée par la suppression de 30000 postes de fonctionnaires.
A l’heure où l’on apprend que le Pôle Emploi va faire appel de façon accrue aux cabinets de placement privés, ça fait désordre. Des études ont en effet montré que ces cabinets étaient souvent moins efficaces que le service public de l’emploi…

Quant au plan « très puissant » de relance que Nicolas Sarkozy va bientôt annoncer, j’espère qu’il nous surprendra car ce qui a déjà été annoncé dans la presse paraît bien maigrichon.
Une prime de 1000 € pour l’achat d’une voiture neuve ? Balladur et Juppé l’ont déjà fait en leur temps avec un succès mitigé, si mes souvenirs sont bons.
Soutenir l’immobilier ? S’il s’agit d’un soutien aux promoteurs, comme cela a été fait en leur rachetant 30000 logements, cela n’aura que peu d’impact.
Ce qui serait vraiment « puissant », ce serait de supprimer le paquet fiscal et notamment les « heures supp. ». En effet, d’un côté l’Etat subventionne le chômage partiel et de l’autre il incite aux heures supp., n’y-a-t-il pas comme une légère contradiction dans tout ça ?
Supprimer le paquet fiscal, donc, pour redéployer les marges de manœuvres dégagées vers une baisse de la TVA.
Pourquoi ne pas rétablir temporairement les autorisations administratives de licenciement ? Ou au moins se donner les moyens d’identifier les licenciements pour lesquels la crise n’est qu’un prétexte ?
Pourquoi ne pas aussi revenir sur les 30000 suppressions de postes de fonctionnaires ?

Quoiqu’il en soit il faut des mesures d’urgence, mais aussi et surtout un projet de société clair et mobilisateur.
Malheureusement, je crois que nous allons continuer à naviguer à vue, avec « travailler plus pour gagner plus » comme seule boussole !


PP

22:29 Publié dans Actualités, Economie, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : travail, inégalités | | |  Facebook | | |

Commentaires

Très bon blog. Il faut des gens comme vous pour éclairer les autres. Mais est-ce qu'en vous donnant une étiquette politique vous ne vous décridibilisez pas un peu ? D'après moi c'est dommage.
Les partis, c'est à dire la politique, finissent un jour par nous décevoir. Il y a en politique des hauts et des bas, des succès et des échecs, des réussites et des erreurs.
Il est préférable pour les penseurs d'agir sur la politique de l'extérieur des partis, au nom de ses idées et non au nom d'un parti.
Ceci dit votre blog est utile. Continuez.

Écrit par : DELAVANT | 04 décembre 2008

Les commentaires sont fermés.