Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18 décembre 2008

Les nouveaux assistés

« Les destructions d'emplois seront massives dans les pays qui n'aideront pas rapidement le secteur automobile à se financer », a averti lundi le PDG des constructeurs français Renault et japonais Nissan, Carlos Ghosn, lors d'un symposium à Tokyo sur les 150 ans de relations diplomatiques franco-japonaises.
Ca s’appelle du chantage à l’emploi, non ?

« Les constructeurs, leurs fournisseurs et distributeurs sont dans l'incapacité de lever des fonds, ou à plus court terme et avec taux d'intérêts plus chers », a souligné M. Ghosn.
« Dans cette situation, les achats d'équipements et autres dépenses en cash sont réduits et les emplois sont forcément affectés », a-t-il expliqué, indiquant qu'il ne fait « absolument aucun doute » que les activités de recherche et développement (R&D) ne seront pas davantage épargnées par les restrictions financières, même si tous les patrons jureront le contraire.
Mr Ghosn plaide pour que les pouvoirs publics permettent au secteur automobile de bénéficier de « prêts à long terme à des taux raisonnables ».
Mr Ghosn, qui a des idées bien arrêtées sur tous les sujets, a par ailleurs un ordre de grandeur pour les taux d’intérêts des prêts octroyés par les Etats : entre 4 et 5%. Ce sera tout ?

La question que l’on peut poser à Mr Ghosn est la suivante : les « dépenses en cash » que constituent les versements de dividendes seront-elles, elles aussi, « réduites » ? Rappelons que Renault va verser 1 milliard d’€ à ses actionnaires pour l’année 2008.
Pourquoi ne pas obliger les constructeurs à réinvestir les bénéfices ?

Et pourquoi les Etats n’entreraient-ils pas (provisoirement) au capital des constructeurs automobiles ? Un prêt ne donne aucun pouvoir, juste le droit d’être remboursé.

Est-ce choquant que de se poser ces questions ?

Je me souviens des propos d’un député UMP (Edouard Courtial) qui se demandait s’il ne serait pas judicieux de vérifier si les bénéficiaires de l’allocation rentrée ne la dépensaient pas pour acheter des « écrans plats ». Ce qui est vrai pour l’aide sociale aux ménages devrait être vrai pour l’aide sociale aux entreprises.

PP

07:50 Publié dans Actualités, Economie, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : crise | | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.