Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26 mai 2009

Peut-on continuer à travailler lorsque l’on est un dangereux malade ?

En entendant l’information à la radio, je n’en ai pas cru mes oreilles. Dans la mesure où le 1er avril est passé depuis belle lurette, je me suis rendu à l’évidence : c’était une information « sérieuse ».
Le député UMP Frédéric Lefebvre a présenté un amendement instaurant « un nouveau droit » pour les salariés : « Permettre à des salariés en arrêt-maladie de travailler ». Cliquez ici pour lire l'interview sur le Figaro.fr

20090525 - Lefebvre.JPGIl y avait quelque temps que « Frédo la bavure » ne nous avait pas gratifié de l’une de ses sorties tout en finesse. On se souvient de ses prises de position sur le dépistage des comportements violents à partir de 3 ans, sur le contrôle d’Internet (refuge, selon lui, des « trafiquants, proxénètes, racistes, violeurs et psychopathes »)… Il n’avait pas hésité à qualifier de « tonton Macoute » les militants guadeloupéens du LKP…
Bref, un fin dialecticien, tout en retenue, doigté et adepte des métaphores impeccablement ciselées !

Sur la base du volontariat (bien sûr), les salariés pourront travailler pendant leur arrêt maladie. Evidemment, c’est pour leur bien.
Loin de moi l’idée de croire que les employeurs sont tous des exploiteurs, mais en période de reprise accélérée du chômage, on peut avoir quelque réserve sur côté spontané du « volontariat » du salarié.
Selon Frédéric Lefebvre le gouvernement souhaite développer le télétravail. Associer télétravail et travail pendant les arrêts-maladie risque de d’exacerber les tensions dans le débat sur un sujet déjà délicat (cf. les risques de confusion vie privée /vie professionnelle).

Au-delà de ces considérations de principe, penchons-nous un peu sur la faisabilité de cette proposition. Un ouvrier chaudronnier pourra-t-il travailler de chez lui ? Et un boulanger ? Et un chauffeur routier ? Et une femme de ménage ?
A l’évidence, cette mesure n’est envisageable que pour des professions dans lesquelles « l’immatériel » a une part prépondérante : informatique, centres d’appel, … De plus, cela nécessitera d’équiper le salarié d’un ordinateur et d’un téléphone portables, la connexion au réseau informatique de l’entreprise…Bref cela ne concernera que quelques cadres de grandes entreprises.

En fait, cette proposition est l’expression d’un trait de caractère prépondérant chez Frédéric Lefebvre : le mépris. Mépris pour les salariés tout d’abord et mépris pour ses collègues députés ensuite. En effet, il va leur faire perdre leur temps à discuter sur un amendement aussi polémique que farfelu. L’essentiel, après tout, c’est que l’on parle de lui (je sais, je suis tombé dans le panneau !)

Quoiqu’il en soit à la question initiale « Peut-on continuer à travailler lorsque l’on est un dangereux malade ? », la réponse est oui puisque Frédéric Lefebvre est toujours en activité !
PP

08:17 Publié dans Actualités, Economie, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : travail, inégalités | | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.