Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

04 juin 2009

Une question piège pour Xavier Bertrand

Hier soir Xavier Bertrand, l'onctueux secrétaire général de l'UMP, était l'invité du Grand Journal de Canal+.  Bon, je l'avoue, quand j'évoque Xavier Bertrand « onctueux » n'est pas le premier qualificatif qui me vient à l'esprit, mais je ne souhaite pas entamer de polémique !

Quoiqu'il en soit, il a eu l'air passablement embêté par une question d'un des deux chroniqueurs. La question était pourtant simple : « Pour qui voteront les députés UMP lors de l'élection du Président de la Commission Européenne ?».

Malgré l'insistance du chroniqueur, Xavier Bertrand a botté en touche au prétexte que ça n'intéressait pas les français qu'il rencontrait. Je n'ai pas la prétention d'être aussi proche des français qu'un dirigeant de l'UMP, mais ce que je sais, c'est qu'ils ont horreur d'être pris pour des cons !

Pourquoi n'a-t-il pas répondu ? Tout simplement parce qu'il n'avait pas envie de dire à une heure de grande écoute que les députés UMP reconduiront José Manuel Barroso et une commission de la même tonalité libérale que la précédente !

« Quand l'Europe veut, l'Europe peut », tel est le slogan de l'UMP pour cette campagne, avec à côté, la binette de notre cher Président Nicolas Sarkozy. Sous-entendu, quand l'Europe est dirigée par un homme fort, elle est efficace, comme sous la présidence française...

Mais l'Europe que veut Nicolas Sarkozy est une Europe des gouvernements, qui considère comme quantité négligeable les institutions européennes. La vraie construction européenne nécessite non pas l'apparent volontarisme de quelques dirigeants, mais l'élaboration d'institutions aptes à faire émerger et à défendre l'intérêt général européen.

Quel est le bilan de la présidence française de l'Union Européenne ?

On nous dit : « un plan de relance de 200 milliards d'€ ». En fait, il s'agit de la juxtaposition de plans nationaux sans réelle cohérence entre eux. L'Union n'a réussi à débloquer que 5 « petits » milliards d'€.

En matière « sociale », il y a eu la directive « Temps de travail » qui a porté à 65 heures la durée maximale de travail hebdomadaire contre 48 heures auparavant. Jusqu'à présent, Les « 65 heures » étaient une possibilité (« opt-out ») octroyée au Royaume-Uni, c'est désormais le droit commun européen. Cela a été possible grâce notamment à l'accord du ministre du travail français de l'époque, un certain Xavier Bertrand !

On peut citer également le coup d'arrêt dans la construction de la politique de défense européenne qu'a constitué la réintégration par la France du commandement intégré de l'OTAN...

Bref, une Europe économiquement faible, socialement rétrograde, stratégiquement sous domination des Etats-Unis...

Quand l'Europe peut...mieux faire !

Le 7 juin, pour l'Europe et pour la France, il faut faire échec à l'UMP (et à Sarkozy) !

Cela ne garantira pas l'avènement immédiat d'une Europe sociale et progressiste, mais nous aurons la certitude que l'Europe « marché unique » et « uniquement marché » connaîtra au moins un coup d'arrêt.

 PP

07:29 Publié dans Actualités, Economie, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : europe, ump, sarkozy | | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.