Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

09 octobre 2009

Entreprises : quantité ou qualité ?

François Hurel, fondateur de l'Union des auto-entrepreneurs, fait un bilan assez flatteur de ce statut dans le supplément « Economie » du quotidien Aujourd'hui en France daté du 5 octobre 2009. Rappelons que ce statut permet de créer une activité économique moyennant des formalités simplifiées et une fiscalité allégée.

 

« Grâce à l'auto entrepreneur, la France donne une extraordinaire leçon d'esprit d'entreprise et de simplification administrative ».

 

Mais François Hurel n'est pas un auto-entrepreneur comme les autres. En effet, il est l'auteur du rapport qui a conduit Hervé Novelli à créer ce nouveau statut, dans le cadre la Loi de Modernisation de l'Economie (LME) du 4 août  2008. Ses commentaires louangeurs prennent une saveur particulière, comme un petit goût de plaidoyer pro-domo...

 

Toujours selon François Hurel, « Sur la génération des 70 000 premiers inscrits qui ont déclaré des revenus au 31 mars 2009, la moitié a déclaré une activité qui a totalisé près de 200 millions d'€ et ils ont versé 30 millions d'€ de cotisations ».

S'il on traduit ces propos, cela signifie que 35 000 auto-entrepreneurs ont déclaré 200 millions d'€ de chiffre d'affaires en 3 mois (du 01/01/09 au 31/02/09) ..soit 5714 € par personne pour un trimestre soit 1904 € par mois. Cela peut paraître satisfaisant, mais rappelons qu'il s'agit de chiffre d'affaires et non de salaire. De ce chiffre d'affaires, il faut déduire environ 15% de cotisations, il ne reste donc plus que 1620 €. Déduction faite des achats et frais divers, il ne reste vraisemblablement pas grand-chose pour vivre (ou pour survivre). Bien sûr, ce chiffre est une moyenne qui doit masquer de fortes disparités. Certains auto-entrepreneurs tirent sans doute correctement leur épingle du jeu, mais la très grande majorité doit plutôt tirer le diable par la queue !

 

Les exemples donnés par Aujourd'hui en France sont significatifs :

  • Vente de primeurs sur les marchés: 10000 € de CA d'avril à juin
  • Vente de fruits et légumes bio: 6 000 € de CA d'avril à juin
  • Psychologue: 2 200 € de CA de février à juin
  • Vente de cadeaux en tissu par Internet: 500 € de CA de mars à juillet
  • Dépannage informatique: 304 € sur 5 mois

 

Au-delà du cas particulier des auto-entrepreneurs, on peut se poser une question plus générale : « La France a-t-elle vraiment besoin de plus d'entreprises ? ».

Selon Eurostat, en 2003, il y avait en France 36.2 entreprises pour 1000 habitants contre 20.7 en Allemagne et 64.3 en Italie. Malgré la faiblesse relative du nombre de ses entreprises, l'économie allemande est plus productive et performante que l'économie italienne. Il n'y a donc pas de raison objective de vouloir toujours plus d'entreprises.

 

D'autant plus que la création d'entreprises ne se porte pas si mal que ça en France. Selon l'Insee, entre 2000 et 2007 (donc avant la création du statut d'auto-entrepreneur), le nombre de créations d'entreprises a augmenté de 48% passant de 216 214 à 321 478. Mais 86,7% de ces nouvelles entreprises ne comptaient aucun salarié...

 

La faiblesse de l'économie française ne provient pas d'un déficit de créations d'entreprises, mais de la faiblesse du nombre de « grosses » PME, capables d'investir, d'innover et d'exporter. Ce n'est pas en privilégiant la création de TPE sous-dimensionnées et sous-capitalisées que notre tissu économique comblera ses lacunes...

 

PP

08:17 Publié dans Actualités, Economie, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : emploi, inégalités | | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.