Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

20 janvier 2010

Soixante ans de réduction du temps de travail dans le monde

L'Insee a publié récemment une étude intitulée « Soixante ans de réduction du temps de travail dans le monde ».

 

Résumé

« Depuis 1950, la durée annuelle du travail a baissé dans tous les pays développés. Tout d'abord sous l'effet de la salarisation de l'emploi, puis par la réduction de la durée annuelle du travail des salariés à temps complet. Depuis une trentaine d'années, elle résulte également du développement du temps partiel. Ce dernier facteur a un peu moins joué en France depuis la mise en place des 35 heures. »

 

Contrairement aux discours convenus, y compris au plus haut niveau (talonnettes incluses) de l'Etat, la France n'est pas un îlot de fainéants au milieu d'un océan de bosseurs... Ainsi les allemands dont on prend (prenait ?) la réussite économique en exemple travaillent en moyenne moins que les français. Travailler plus n'est d'ailleurs pas un gage de performances économiques faramineuses : le Japon traîne une croissance molle et une dette publique astronomique depuis 10 ans... Dans cette étude, la Corée fait un peu figure d'intrus avec des durées de travail équivalente à ce que se faisait en Europe dans les années 1950. Il est vrai que dans ce pays le taux de salarisation est encore relativement faible et les travailleurs indépendants font remonter la moyenne. Un fort taux de salarisation est un indicateur de « modernité » et de développement de l'économie d'un pays. Ainsi, les pays émergents ont encore un faible taux de salarisation du fait de l'importance du secteur agricole et du nombre élevé d'artisans, de petits commerçants... Au passage, le développement du statut d'auto-entrepreneur aurait plutôt tendance à rapprocher l'économie française de celle des pays émergents... Mais c'est une autre histoire.

 

Il est à noter l'importance croissante de l'impact du temps partiel dans la réduction du temps de travail. Ce qui n'est pas forcément bon signe, puisque le temps partiel est souvent subi...

La France et les Pays-Bas ont chacun une originalité. La France est un pays qui a choisi politiquement la réduction du temps de travail pour tous avec les 35 heures. Au Pays-Bas, c'est plutôt une organisation « individuelle » puisque 47% des salariés sont à temps partiel. Il s'agit de deux formes de partage du travail

 

Voici quelques extraits :

« En près de 60 ans, la durée du travail a baissé d'environ 25 % sur un panel de dix pays ayant un PIB par habitant parmi les plus élevés. Plusieurs facteurs ont contribué à cette baisse : la salarisation des économies tout d'abord, la diminution de la durée hebdomadaire collective et l'augmentation du nombre de jours de congés ensuite, le développement du travail à temps partiel enfin. »

 

 

graphique1.jpg

« Parmi les pays développés, les durées annuelles étaient ainsi majoritairement de moins de 1 800 heures au milieu des années 1980. Depuis cette date, les durées hebdomadaires des temps complets et la part des non-salariés se sont progressivement stabilisées dans la plupart des pays développés, si bien que la baisse de la durée annuelle de travail est redevenue plus modérée. Elle résulte cette fois d'un nouveau phénomène : celui du développement du temps partiel. »

 

« En 2007, la durée moyenne est de 1 620 heures par an dans les 10 pays observés. Elle est inférieure à cette moyenne aux Pays-Bas, en Allemagne en France et en Italie, et bien supérieure aux États-Unis ou au Japon. Ces écarts s'expliquent surtout par des différences en termes de nombre de jours travaillés, de durées hebdomadaires mais aussi par l'importance relative du temps partiel. En revanche, le taux d'emploi ou les différences de structures par branches d'activité ne jouent pas un rôle notable dans ces écarts. »

  

Principales données sur l'emploi dans dix pays

 

1950

2007

Durée annuelle (heures)

Durée annuelle (heures)

PIB / hab
($ 2007)

Taux d'emploi
(%)

Temps partiel
(%)

Salarisation (%)

Pays-Bas

2 300

1 413

36 600

72

47

87

Allemagne

2 370

1 432

32 200

67

26

88

France

2 230

1 559

32 300

63

17

91

Italie

2 170

1 566

29 800

58

14

74

Suède

2 020

1 601

34 900

74

25

89

Royaume-Uni

2 110

1 607

33 400

72

25

90

Espagne

2 050

1 775

28 600

65

12

82

Japon

2 080

1 784

32 200

70

19

87

États-Unis

2 010

1 785

44 200

72

13

92

République de Corée

nd

2 165

22 700

63

9

68

 

Lecture : en 1950, la durée annuelle du travail était de 2 230 heures en France, elle n'est plus que de 1 559 heures en 2007. Le PIB par habitant est de 32 300 $, le taux d'emploi de 63 % ; les travailleurs à temps partiel représentent 17 % de la population active ayant un emploi et les salariés 91 %.

Sources : durées annuelles et PIB / habitant : base de données du GGDC ; salarisation : base de données de l'OCDE ; taux d'emploi et temps partiel : données Eurostat pour les pays de l'Union européenne, données OCDE pour les autres.

 

« Depuis la fin des années 1970, la hausse du travail à temps partiel est un autre trait commun aux pays développés. Il concerne davantage les femmes que les hommes, et, de façon non indépendante, il est plus répandu dans les services que dans l'industrie. Ce développement n'a toutefois pas été de même ampleur partout si bien qu'en 2007 la proportion d'emplois à temps partiel est bien plus élevée dans certains pays européens (47 % aux Pays-Bas, 25 % au Royaume-Uni et en Allemagne) qu'en France (17 %), aux États-Unis (13 %) ou en Corée (9 %). Ces différences peuvent expliquer une partie des écarts de durée moyenne entre pays.

 

Le temps partiel a deux facettes : d'un côté, il peut être subi, comme c'est souvent le cas dans des branches et des professions faiblement rémunératrices ; de l'autre, il peut être voulu, dans une perspective de conciliation des contraintes familiales et professionnelles. L'exemple des Pays-Bas est emblématique, avec un taux d'emploi élevé et une proportion d'emplois à temps partiel très développée, surtout chez les femmes, celles-ci travaillant le plus souvent dans des activités de services à faible durée annuelle par employé. Le temps partiel peut alors s'interpréter comme une autre forme de partage du temps de travail, reposant sur des choix individuels. »

07:15 Publié dans Actualités, Economie, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : travail, inégalités | | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.