Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

01 mai 2010

Femmes, femmes, femmes...

Chronique du 29 avril 2010 de Philippe Lefébure sur France Inter :

 

Florence Woerth (la femme d'Eric, ministre des Affaires sociales) a été choisie pour entrer au conseil de surveillance du groupe de luxe Hermès. On va appeler ça, le "syndrôme Bernadette Chirac", qui, elle, vient d'arriver au Conseil de LVMH: quelques critiques fusent, sur le thème de la promotion des "femmes de". Dans le cas de Florence Woerth, personne ne conteste ses qualités professionnelles. Elle a fait HEC, elle a travaillé à la banque Rothschid, et depuis quelques années, elle gère la fortune de Liliane Bettancourt, l'héritière de l'Oréal [Rappelons que Liliane Bettancourt a 87 ans et continue toujours son activité (qui consiste principalement à rester assise sur son tas d'actions et regarder tomber les dividendes...). Mme Woerth pourra donc sûrement donner de bons conseils à son mari sur la question des retraites] . De plus, Florence Woerth a créée une écurie de course, qui réunit, entre autres, des femmes de patrons, à Chantilly (dont le maire n'est autre que son mari, Eric) : voilà une passion pour le cheval qui ne peut que plaire au sellier-maroquinier qu'est Hermès. "C'est un bon choix" donc, notent les spécialistes des questions de gouvernance d'entreprise mais ils regrettent, cela dit, qu'une fois de plus, ce soient les réseaux d'amitiés, d'intérêts, qui priment dans le choix des femmes qu'on fait entrer dans les Conseils d'administration!

 

Un autre cas actuellement fait sourire: celui d'Amélie Castera, élue au Conseil de surveillance de Lagardère. C'est une ex-joueuse professionnelle de tennis (ça plait à Arnaud Lagardère). Elle a fait l'Essec et l'ENA: parfait. Mais, c'est aussi l'épouse du patron de la Société Générale, Frédéric Oudéa!

 

En fait, en ce moment, cette saison des Assemblée générales d'actionnaires, chargées, notamment, d'élire et de réélire les membres des Conseils, cette saison est marquée par une sorte de course un peu frénétique: trouver les femmes, capables d'entrer dans ces haut-lieux de pouvoirs des entreprises. Au moins, 25 femmes sont proposées, cette année, au sein du CAC40. Elles n'étaient que 6 l'année dernière! La menace d'une Loi, imposant la présence de 40% de femmes au sein des Conseils d'administration produit des effets accélère la prise de conscience de ses milieux très masculins. Au Sénat, d'ailleurs aujourd'hui, une nouvelle proposition de Loi va être discutée pour renforcer le processus, et maintenir la pression. Mais, clairement, à ce stade, c'est la précipitation qui domine, dans les entreprises, qui commencent, donc, d'abord, à puiser dans leurs réseaux. C'est dommage: en demandant, plus de femmes dans les Conseils, l'idée c'est aussi d'aérer ces cercles, qui vivent trop en vases clos. Et pour le moment, c'est raté.

 

 

07:26 Publié dans Actualités, Economie, Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : inégalités | | |  Facebook | | |

Commentaires

Faut pas réver, sont pas cons les patrons. Ils voudront bien des femmes si la loi les y oblige, mais vont pas prendre n'importe qui ! non mais !

Écrit par : la calmette | 01 mai 2010

Waw, j'apprécie votre travail, grand merci pour les astuces et notez que je "plussoie" entièrement cette positon ! J'insiste, oui votre travail est réellement très bon, je suis vraiment heureux d'avoir attéri sur votre blog ! Je vais vous faire un peu de pub auprès de mes amis, vous l'méritez !

Écrit par : Nicolas | 10 mai 2010

Les commentaires sont fermés.