Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

07 juillet 2010

Le plan d'austérité britannique pourrait tuer 1,3 million d'emplois

Evidemment, aucun risque que le plan de rigueur français (pardon de "ri-lance", pour reprendre l'expression de la Ministre de l'Economie Christine Lagarde, toujours très créative quand il s'agit de proférer des inepties plus grosses qu'elles!) ne conduise à de telles conséquences fâcheuses...

LEMONDE.FR | 30.06.10 | 17h24

 

Le chiffre, impressionnant, a été révélé mardi 29 juin par le quotidien anglais The Guardian et provient de fuites issues d'un document du Trésor, dirigé par le conservateur George Osborne. Pressé de réagir à cette information par une députée de l'opposition travailliste, Harriet Harman, le premier ministre, David Cameron, a refusé de s'expliquer sur la non-publication de ces chiffres.

 

Selon les documents consultés par The Guardian, le plan d'austérité - qui doit ramener les finances publiques à l'équilibre d'ici à cinq ans - entraînerait la destruction de 500 000 à 600 000 emplois dans la fonction publique, et 600 000 à 700 000 postes dans le secteur privé.

La perte dans le public correspond à une diminution de 25 % des dépenses de fonctionnement du gouvernement entre 2010 et 2015, une compression budgétaire sans précédent depuis la seconde guerre mondiale. La destruction d'emplois dans le privé résulterait, quant à elle, de la diminution des contrats publics-privés ainsi que de la baisse des dépenses publiques.

 

DES PRÉVISIONS JUGÉES TROP OPTIMISTES

Or, l'éventualité de telles pertes n'a jamais été évoquée publiquement par les auteurs du plan d'économies, qui ont préféré faire valoir les 2,5 millions d'emplois que le retour de la croissance économique entraînera dans les cinq prochaines années, selon leurs propres prévisions.

 

L'opposition et les syndicats ont immédiatement dénoncé le manque d'honnêteté du gouvernement : l'ancien ministre des finances, le travailliste Alistair Darling, s'est inquiété des risques engendrés par le plan de rigueur, soulignant qu'en cas d'erreur de la part du gouvernement, "les gens qui ont perdu leur travail n'en retrouveront pas".

 

Un éditorialiste du journal The Independent, classé à gauche, relève, en outre, que, toutes choses égales par ailleurs, les réductions d'emploi auraient été inévitables sous un gouvernement travailliste, mais que leur ampleur aurait été moindre.

 

Pour se défendre, le gouvernement a fait appel aux dernières prévisions économiques du bureau pour la responsabilité budgétaire, une instance nouvellement créée pour surveiller le bien-fondé des dépenses publiques, qui prévoit une légère amélioration du marché de l'emploi pour le second semestre 2010 ainsi qu'une reprise progressive des créations de postes jusqu'en 2015. Des chiffres dénoncés par les syndicats, pour qui les anticipations du gouvernement relèvent tout simplement de la "méthode Coué".

 

Il n'en fallait pas plus pour nourrir la grogne sociale : "Le gouvernement vient d'engager un combat contre la classe ouvrière, et nous sommes prêts à nous battre", a déclaré Bob Crowe, le délégué général du puissant syndicat des transports.

 

Pour en savoir plus :

10:51 Publié dans Actualités, Economie, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : crise, europe | | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.