Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30 janvier 2011

Flagrant délit de conflits d’intérêts

Article paru dans l'Humanité

 

Sarkozy et l’UMP ont réuni leurs riches donateurs en les priant de lister eux-mêmes les privilèges qu’ils escomptent pour 2012.

 

Mépris ou provocation ? Nicolas Sarkozy a promis mercredi de déposer en 2011 un projet de loi visant à prévenir les conflits d’intérêts. La définition du conflit d’intérêts, selon le Conseil d’État, intervient lorsque «l’intérêt privé peut être de nature à influencer ou paraître influencer l’objectif d’impartialité».

 

La veille, le chef de l’État, redevenu chef de parti pour l’occasion, avait invité «les 300 à 400 grands donateurs» de l’UMP, dits du «Premier Cercle ». Il s’agit, selon l’aveu de Jean-François Copé, «d’entrepreneurs, de gens qui ont une expérience dans le monde très intéressante et utile, dans l’intérêt de notre pays». Leur existence avait suscité l’indignation au plus fort de l’affaire Woerth-Bettencourt. Les liens entre la droite et les milieux d’affaires avaient d’autant plus fait scandale que, via notamment le bouclier fiscal, il était apparu que la politique sarkozyste répondait directement aux intérêts des «donateurs». Sans vergogne, Jean-François Copé, patron de l’UMP, a précisé qu’il avait proposé aux membres de ce Premier Cercle qu’ils «puissent apporter leurs contributions pour l’élaboration du projet présidentiel». Il aurait ainsi été question de la suppression de l’impôt sur la fortune (ISF).

 

Pas étonnant dans ce contexte que la droite sarkozyste émette des réserves à l’encontre du rapport des conseillers d’État Sauvé-Migaud-Magendie sur la prévention des conflits d’intérêts. Jean-François Copé a mis en garde «contre les excès en la matière». Les rapporteurs se limitent pourtant à la haute fonction publique en proposant des incompatibilités. Du type trésorier d’un parti et ministre du Budget, comme l’a été Éric Woerth. Le président UMP de l’Assemblée nationale, Bernard Accoyer, a déclaré d’ores et déjà refuser «une politique inquisitoriale».

 

Dominique Bègles

16:19 Publié dans Actualités, Economie, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : sarkozy | | |  Facebook | | |

Commentaires

Oui, mais il fallait comprendre "Flagrant délit de conflits d’intérêts" pour les autres !

Écrit par : planet taka-yaka | 30 janvier 2011

Les commentaires sont fermés.