Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29 septembre 2011

Arnaud Montebourg : Capitalisme coopératif et mutualiste

 

 

primaires,montebourg

A partir d'aujourd'hui et jusqu'au premier tour des primaires qui aura lieu le dimanche 9 octobre, je vous propose de passer en revue les principales propostions d'Arnaud Montebourg pour transformer notre modèle économique et social, ainsi que notre modèle républicain.

 

Le premier thème est la transition vers un "Capitalisme coopératif et mutualiste"

 

Etat des lieux : la richesse confisquée, le travail abîmé.

Le système économique a perdu la tête et s'est retourné contre les gens. Pendant les presque 14 années de ma vie politique, j'ai vu la condition ouvrière changer, le travail dans les usines se durcir, le productivisme devenir cruel pour les êtres humains et leurs corps, avec des cadences augmentées, la réduction des pauses, la modération salariale, la cruelle absence de solidarité entre les ouvriers. Le prix payé par les employés à la profitabilité de leurs entreprises est devenu souvent intenable dans la vie quotidienne des usines. Finalement, ouvriers, cadres, syndicalistes, même directeurs d'usines, élus locaux, parlementaires, peu importe, nous sommes tous devenus les otages enchaînés de ce système qui n'a plus le sens de l'être humain, de la modération et de l'équilibre.

 

1/ Mesure phare: créer un fonds souverain coopératif

Son rôle serait de prendre des participations dans les entreprises et de piloter la mutation vers l'organisation coopérative. Ce fonds serait lui-même géré de manière coopérative et non spéculative (comme un fonds de pension). Cependant, il ne s'agit pas d'investir à perte, mais au contraire de dégager un retour sur investissement raisonnable pour investir et convertir toujours plus d'entreprises.

 

2/ Développer le crédit en soutien au système coopératif

Aujourd'hui, un dispositif public comme Oséo ne s'applique pas à la reprise d'une entreprise par ses salariés, alors qu'il permet de garantir 50 % du même investissement réalisé par un fonds de pension étranger. D'autres dispositifs ne sont pas non plus accessibles aux entreprises coopératives. C'est aussi le cas des fonds structurels de l'UE. D'autres ont des exigences à trop court terme, ne laissant pas le temps au modèle coopératif de s'implanter. Il nous faut donc concevoir des systèmes de garantie et de financement pour l'économie coopérative.

 

3/ Réserver des marchés publics au secteur coopératif

Ces marchés sont en effet bien souvent trustés par les grands groupes. Le pluralisme et la concurrence n'existent alors plus. Dès lors l'intérêt général et l'utilité publique sont asphyxiés.

 

4/ Favoriser la reprise en sociétés coopératives de sociétés viables, mais mises en faillite ou délocalisées

Cette tâche serait aussi celle du fonds souverain coopératif. En avril 2010, l'entreprise ESSEX a fermé son usine de Mâcon. Je me suis rendu auprès des salariés. J'ai pu écouter et comprendre le cri de colère de ces hommes et ces femmes abandonnés par leurs manageurs, par des actionnaires et par une société qui n'est pas seulement française mais une multinationale qui se verse des dividendes. Leur savoir-faire n'était pas en cause.

Sur ce point, il y avait consensus. La richesse qu'ils créaient n'était pas négligeable, mais voilà, il en fallait plus, toujours plus, quitte à sacrifier des familles et des territoires. Pour ces salariés, il ne restait plus que le chômage et la précarité. Mais pourquoi ne pas leur offrir une seconde chance, si leur projet industriel était viable ? En se libérant du pillage des spéculateurs, certaines entreprises peuvent continuer d'exister et repartir sur des bases saines. Demain une seconde chance coopérative existera dans certains cas.

 

5/ Soutenir les coopératives d'activités et d'emploi

Les coopératives d'activités et d'emploi (CAE) permettent à des personnes sans emploi de tester leur propre projet d'entreprise sans être obligées de créer leur structure. Outre l'hébergement juridique, la coopérative assure l'administration et la facturation des entrepreneurs. Elle les forme à la gestion et permet, par le cadre collectif, d'assurer des échanges et une mutualisation à tous niveaux.

 

6/ Aider à la constitution de réseaux de coopératives

Aider à la constitution de réseaux de coopératives pour permettre la mutualisation de certaines tâches et structurer à l'échelle européenne les entreprises coopératives. C'est aussi un moyen d'échanger de bonnes pratiques et de se soutenir mutuellement.

 

7/ Aider à la création de services d’appui aux coopératives

Aider à la création de services d'appui aux coopératives (conseil, assistance juridique, formation des sociétaires ... ). Tout en veillant à ce que ces structures nouvelles soient elles aussi coopératives. Transformer des salariés en sociétaires ne s'improvise pas. Il faut apprendre son nouveau rôle pour être en mesure de faire des choix libres et éclairés. Dans les plus grandes entreprises coopératives, où l'information est foisonnante et complexe, des "réviseurs indépendants" interviennent pour assister les sociétaires et les aider à comprendre et choisir en connaissance de cause.

 

Pour en savoir plus : arnaudmontebourg2012.fr

08:00 Publié dans Actualités, Economie, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : primaires, montebourg | | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.