Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30 septembre 2011

Arnaud Montebourg : Renouveau productif

4.gif

La grande question des années à venir est celle de notre renouveau productif. Car celui qui ne produit pas est toujours dans la main de celui qui produit. Ceux qui ne se soucieront pas de préparer les inventions, les produits et la richesse de demain, risqueront l'appauvrissement rapide. Si les Français veulent financer un bon niveau de retraite, de santé, d'éducation, de services publics, il faut d'abord reconstruire un socle industriel puissant.

 

8/ Mettre fin aux stock-options et actions gratuites comme moyen de rémunérer les dirigeants et cadres d'entreprise

Indexer la rémunération sur les cours de bourse est une grave infraction contre le projet de renouveau productif. Il faut y mettre fin.

 

9/ Attacher les rémunérations d’encouragement aux progrès réellement réalisés par l’entreprise

Ce n'est pas, ou pas seulement, le cours de bourse qui doit mesurer la réussite de l'entreprise, mais le développement,  l'investissement, les emplois créés. " nous faut accepter de mieux rémunérer les producteurs et ceux qui prennent des risques salutaires du point de vue de l'utilité productive, en asseyant les rémunérations exceptionnelles sur des indicateurs exclusifs de développement.

 

10/  Encadrer les OPA hostiles transnationales

Les Offres Publiques d'Achat hostiles transnationales n'ont souvent pour but que la valorisation spéculative. Les OPA hostiles présentent l'inconvénient de n'avoir été précédées d'aucune concertation qui aurait pu dégager un projet industriel et une stratégie économique commune. Elles entraînent des surenchères en matière de prix proposé aux actionnaires de la société cible et il est très cher pour les entreprises elles-mêmes de s'en protéger par avance, comme il est hors de prix de s'en défendre une fois l'attaque déclenchée. En 2005, l'ensemble des entreprises du CAC 40 a consacré près de 10 milliards d'euros au rachat de leurs propres actions pour éviter une OPA hostile. Il s'agit là d'un argent gaspillé car jeté inutilement dans le portefeuille des actionnaires qui se font racheter leurs actions à prix d'or, lequel aurait pu être investi dans la recherche, le développement ou l'emploi. Quant aux salariés, ils sont généralement les premiers concernés par le rapprochement effectué ainsi à coup d'OPA hostiles. Pour eux, il s'agit à tout coup de suppressions d'emplois, de suppressions de sites industriels, de départs de centres de recherche; qu'on soit cadre ou ouvrier, les OPA hostiles annoncent généralement des restructurations. il faut organiser des mécanismes de contrôle permettant au pouvoir politique de trancher (accepter ou suspendre), en fonction des choix industriels, du maintien de l'emploi, des centres de décision sur le territoire national ou des centres de recherche des entreprises visées.

 

11/ Surtaxer, pour les dissuader, les leverage buy-out (LBO)

Ce mécanisme permet le rachat d'entreprises par le seul endettement de la société acquéreur. La revente de l'entreprise avec une plus-value ainsi que les dividendes étant le moyen de rembourser l'emprunt et les intérêts. Ce type d'instrument a permis aux fonds d'investissement de devenir des acteurs majeurs sur le grand marché des fusions-acquisitions. Derrière ces mécanismes (ouvrant droit à des déductions d'impôts), le projet industriel est souvent absent, et le taux de rentabilité demandé est si important qu'il finit par mettre en péril l'entreprise rachetée.

 

12/ Créer au profit des consommateurs des actions de groupe à la française

Cette procédure leur permettra de défendre leurs droits face aux entreprises transnationales qui abusent de leur position dominante et de l'atomisation des consommateurs pour imposer des tarifs exorbitants.

 

13/ Créer des fonds d'Investissements capables de drainer une épargne importante

Via des fonds risqueurs spécialisés dans les risques longs, cette sera affectée spécifiquement à l'innovation et à la mutation de l'appareil productif. Elle sera garantie par la puissance publique. En parallèle de ces fonds, il faudra créer un nouveau livret d'épargne populaire et industriel destiné à collecter l'épargne permettant de financer l'investissement dans l'industrie innovante et rémunéré de manière avantageuse.

 

14/ Fonder une politique publique de crédit

Réduire la dépendance des entreprises à l'égard des marchés financiers, en proposant une politique publique du crédit.

 

15/ Réutiliser le crédit impôt recherche

Réutiliser le crédit d'impôt recherche qui est donné aux grands groupes sans aucune contrepartie nationale. Le concentrer sur les petites et moyennes entreprises qui, contrairement aux grands groupes, n'ont pas accès à la recherche ni au développement.

 

16/ Allier les forces publiques et privées

Constituer des équipes mixtes publiques-privées, alliant la recherche publique aux entreprises privées capables de convertir la recherche fondamentale en application industrielle.

 

17/  Organiser des contreparties industrielles

Associer l'investissement public et privé en contrepartie duquel les groupes devront installer des usines, des laboratoires en France, et organiser la protection de nos brevets.

 

18/ Attirer les chercheurs

Attirer nos jeunes chercheurs et les forts potentiels chez les chercheurs étrangers en rendant compétitive leur rémunération et leur attribuant des moyens de recherche.

 

19/ Instaurer un juste impôt sur les successions

Instaurer un impôt juste et légitime sur les successions les plus élevées pour combattre la rente et la reproduction des inégalités.

 

20/ Développer une stratégie de dépôt de brevets

Cette stratégie offensive de dépôts de brevet sera actionnée par une baisse des coûts et une législation plus favorable à l'inventeur.

 

21/ Faire entrer les salariés dans les conseils d’administration des sociétés cotées en bourse

Il faut faire entrer plus de démocratie dans l'entreprise. Pour cela, les salariés doivent siéger dans les conseils d'administration des sociétés cotées en bourse, à hauteur d'un tiers, avec voix délibérative, afin de leur permettre d'y exercer un juste contrepoids au pouvoir excessif des actionnaires.

 

22/ Indexer les salaires sur les gains de productivité

Cette mesure d'indexation des salaires sur les gains de productivité des entreprises - proposée notamment par Michel Aglietta - vise à rétablir l'équilibre entre les salaires et dividendes et à faire bénéficier aux salariés des fruits de leurs efforts.

 

23/ Rendre incompatibles les licenciements économiques avec la distribution de dividendes

Les entreprises devront désormais choisir. Si elles veulent distribuer des dividendes aux actionnaires, elles ne pourront plus pratiquer de licenciements économiques. En revanche, si elles veulent licencier pour raison boursière, alors elles ne pourront pas distribuer de dividendes.

 

24/ Réformer et moraliser les tribunaux de commerce

Ces tribunaux, dirigés par des commerçants élus, ont la particularité de disposer de tous les pouvoirs sur les entreprises lorsqu'elles sont en difficulté ou en faillite: ils peuvent déclarer une affaire en cessation de paiement, ordonner la cession des actifs, choisir celui qui reprendra l'affaire, décider des interdictions de gérer pour celui qui est en faillite. Beaucoup de vies de commerçants, d'artisans honnêtes que l'économie a mis sur le flanc se sont retrouvés, après une vie de travail, ruinés, humiliés, surendettés jusqu'à leur mort, et déshonorés sur la place publique par ce système qui alliait les défauts de la rente à la maladie de la corruption.

Pour en savoir plus : arnaudmontebourg2012.fr

08:00 Publié dans Actualités, Economie, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : primaires, montebourg | | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.