Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25 novembre 2011

Comprendre la dette publique

Billet mis à jour...J'avais repris par erreur la vidéo du post d'hier. Désolé.

17:33 Publié dans Actualités, Economie, Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : finance, dette publique, monnaie, crédit | | |  Facebook | | |

Commentaires

Bonjour,

On ne doit pas avoir les mêmes lunettes de vue car les arguments avancés par JL Mélenchon m’ ont parue assez faibles.

Bien que favorable au maintien du RSA pour les naufragés de la vie ( si celui-ci avait existé, peut-être que Van Gogh et Verlaine auraient un peu moins souffert ) je constate autour de moi qu’il constitue la plus grande et la mieux verrouillée de toutes les « trappes à pauvreté » ouvertes sous les pas des plus faibles et démunis de nos concitoyens !

Il convient en effet d’ envisager dans leur ensemble les différents filets protecteurs: RSA, logement HLM combiné avec l’ APL, CMU,allocations familiales, bourses scolaires , tarifs sociaux ( EDF-GDF,SNCF, Bus,...).

C’ est le cumul des toutes ces aides sociales qui permettent à leurs bénéficiaires de « vivoter » et maintient parfois certains d’ entre eux dans l’ assistanat. C’ est comme ça la nature humaine étant ce qu’ elle est , lorsque le différentiel entre leur montant total et le SMIC est faible ...et bien se réveiller le matin ,respecter un horaire et recevoir des ordres d’ un patron pour effectuer parfois une tâche répétitive certains bénéficiaires du RSA y renoncent

«5 heures de travail (...) inutilement (...) " c’ est cruel «

Les termes de « inutilement » et « cruel » pour qualifier le travail sont magnifiques on croirait du Emile Zola .Le travail est bien sûr aliénation ( vente de la force de travail ) mais aussi source de promotion, de valorisation de soi et de lien social ( le monde du travail est aussi celui de ‘ entraide, celui oû l’ on rencontre les fameux collègues avec lesquels on devient parfois copains, amis ou même époux ... ). C’ est pour cela que le chômage est un drame.

J’ ajoute que ces 5 heures même si je n’ y suis pas favorable ( sauf sur le mode du volontariat ) peuvent fort bien s’ employer dans le secteur associatif ( secours populaire,...) qui est toujours à la recherche de bras et de bonne volonté car fondé essentiellement sur le bénévolat.

« Deux resquilleurs de RSA en France »

Ah si c’ Mélenchon qui a compté et qui le dit...Fermez le ban.

Écrit par : jane | 25 novembre 2011

@jane

Effectivement, nous n'avons pas les même lunettes, mais c'est ce qui fait l'intérêt de nos échanges !

Les minima sociaux sont-ils trop élevés ou les salaires trop faibles ? On peut en discuter...
Cela dit, je suis persuadé que la grande majorité des 1,2 million d'allocataires du RSA préfèreraient travailler plutôt que "profiter du système".

Leur couper les vivre, ou leur rendre la vie plus dure ne règlerait pas la question et ne ferait qu'accentuer les tension sociales.

Il ne faut pas oublier que les bénéficiaires des minima sociaux sont avant tout des victimes, victimes du manque d'emploi. En effet, même si on considère que les 300 000 offres d'emplois non pourvues existent bel et bien, cela ne règlerait pas la question de l'emploi. Les pauvres et les chômeurs ne sont pas des fainéants, où alors le nombre de fainéants a subitement augmenté depuis 2008 !

En montrant du doigt les pauvres, les exclus, on cherche à nous faire croire qu'ils sont seuls responsables de leur situation et que c'est « à cause d'eux que ça va mal ». Alors qu'en réalité, c'est parce que « ça va mal » qu'ils sont dans cette situation.

A quoi serviront ces 5 heures par semaine, sinon à les "punir" ? Car pour bon nombre d'entre eux, c'est un véritable accompagnement dans la durée dont ils ont besoin pour retrouver leur "employabilité".

Écrit par : Pierre POLARD | 25 novembre 2011

Les commentaires sont fermés.